Les bonnes raisons pour vous y rendre (d'après le Petit Futé)

Affichages : 161

Les bonnes raisons pour vous y rendre (d'après le  Petit Futé)

Bienvenue en Macédoine ! Enclavée au cœur des Balkans, la Macédoine, ancienne république de l’ex-Yougoslavie, est encore trop peu connue. Ce petit pays de 2 millions d’habitants souffre d’un déficit d’image, voire même d’une confusion dans la mémoire du plus grand nombre.
Et pourtant… La Macédoine est assurément un pays à découvrir. Il faut flâner le long des rives du lac d’Ohrid et contempler les montagnes qui surplombent ses eaux profondes, s’arrêter et méditer près des nombreuses églises de la capitale touristique macédonienne. La Macédoine est un pays pour les amoureux de nature et de randonnées. Un pays pour ceux qui savent s’émerveiller devant l’extraordinaire variété de paysages, de la montagne verdoyante aux grands espaces lunaires rappelant les canyons de l’Arizona ou de l’Utah. Un pays pour ceux qui savent vivre l’instant, en savourant un vin du pays, une salade de vraies tomates ou des aubergines savoureuses. Un pays enfin dont les habitants savent accueillir le voyageur avec une véritable gentillesse et qui n’hésitent pas, lorsqu’il est égaré, à le ramener sur le bon chemin.

Une destination confidentielle

Pour les Français, le nom de Macédoine évoque davantage un mélange de légumes que le territoire de cette ex-république yougoslave devenue indépendante en 1991. Située au nord de la Grèce, à l’est de l’Albanie, à l’ouest de la Bulgarie et au sud de la république de Serbie, la Macédoine mérite pourtant toute l’attention du voyageur avide d’espaces naturels parfaitement préservés.
Plus de 60 % du pays est constitué de montagnes où vit une faune sauvage et souvent rare hors d’Europe, comme le loup, l’ours ou le lynx. Lacs, torrents et rivières permettent aussi bien de pratiquer la pêche à la ligne que le kayak. Sur les marchés en plein air des villes et des villages, les viandes, les fruits et les légumes ont gardé toutes leurs saveurs naturelles. Et les vestiges architecturaux du pays témoignent d’un passé historique d’une très grande richesse. Tous les ingrédients d’un séjour riche en découvertes les plus variées sont donc ici réunis.

Un environnement naturel encore intact

La beauté des sites naturels de la Macédoine a de quoi séduire les voyageurs les plus blasés. Montagnes et collines, lacs et rivières, autant de régions encore peu touchées par l’activité humaine, principalement en raison de la faible industrialisation du pays. Toutes possèdent un charme particulier, de la sévère beauté des paysages de haute montagne à la douceur méridionale des coteaux plantés de vignobles. Au cours des années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, la préservation de la nature s’est traduite concrètement par une politique très volontariste. Sur une superficie équivalant à la moitié de la Suisse, le pays ne compte pas moins de trois parcs nationaux naturels, destinés à la protection d’une faune et d’une flore originales, composées de nombreuses espèces endémiques. Un milieu naturel comme le lac d’Ohrid possède plus de 200 de ces espèces spécifiques à un écosystème, des invertébrés aux mammifères et aux poissons. La Macédoine est un pays idéal pour les naturalistes comme pour les amateurs de randonnées sur terrains quasiment vierges. Dans de nombreuses régions, il est possible de marcher (et en toute sécurité) pendant des heures, parmi des paysages grandioses, sans rencontrer âme qui vive. Une beauté sauvage qui séduira également les photographes ainsi que les amateurs de sports extrêmes. 

Un riche patrimoine culturel

Au cours des siècles, la région fut tour à tour occupée par les Grecs, les Romains, les Slaves, les Byzantins et les Turcs. Tous y ont laissé des traces de leur passage, tant dans la culture des peuples autochtones que dans les monuments. De nombreux vestiges archéologiques témoignent de ces influences successives. Toutefois, bien d’autres fouilles restent encore à entreprendre afin de mettre au jour l’énorme diversité culturelle du pays. Avant son annexion à l’Empire ottoman, cette région des Balkans a été le berceau de l’orthodoxie et de l’écriture slave, le cyrillique. Le pays compte un grand nombre de monastères et d’églises datant de cette époque, bien que l’histoire très mouvementée de la région ait souvent empêché leur conservation optimale.
Cependant, bon nombre de monastères ont gardé leur éclat d’antan et conservé sur leurs murs des fresques d’origine où s’exprime en couleurs éclatantes le génie créateur de peintres souvent anonymes. Les iconostases de bois sculpté de Sveti Spas (Saint-Sauveur) à Skopje, de Saint-Jean Bigorski dans la région de Mavrovo, et de Saint-Gabriel Lesnovski dans celle de Kratovo figurent parmi les chefs-d’œuvre du genre. Quant à l’influence ottomane, elle se manifeste encore dans de nombreuses mosquées, la plus remarquable étant la mosquée peinte de Tetovo. Dans de nombreuses villes, le minaret voisine avec le clocher, un symbole toujours vivant de la rencontre de l’Orient et de l’Occident.

Une cuisine saine et savoureuse

La Macédoine partage avec la France le goût de la « bonne bouffe ». Dans ce pays aux traditions rurales, où les marchés en plein air regorgent de légumes magnifiques, on aime manger de bonnes choses, et en grande quantité. La plupart de fruits et légumes sont cultivés sans engrais, et tous sont garantis sans OGM ! Les viandes ont gardé leur goût d’avant les élevages intensifs en batterie. Et les poissons d’eau douce, comme les truites, les carpes ou les anguilles, figurent également très souvent au menu des restaurants. Avis aux amateurs de bon pain : de nombreux restaurants font le leur, et il est délicieux. Quant aux vins macédoniens, encore peu connus à l’étranger, ils réservent souvent de bonnes surprises. Outre les vins, les Macédoniens produisent aussi l’eau-de-vie žolta (la jaune) ou mastika, cette dernière rappelant l’ouzo. Les friandises macédoniennes sont une vraie surprise sucrée : les unes au sirop, les autres très crémeuses, toutes méritent d’être savourées. Bref, la Macédoine n’est pas vraiment le meilleur endroit pour entamer un régime amaigrissant ; en revanche, on est sûr d’y retrouver le goût d’une nourriture saine et naturelle.

Les peuples de Macédoine.

En Macédoine, il faut savoir prendre son temps. Le temps de profiter des paysages grandioses de ce pays de montagnes, mais aussi celui de découvrir les peuples qui y vivent. Macédoniens, Albanais, Roms, Valaques, Turcs, Serbes : la Macédoine représente une véritable mosaïque humaine. Tous ont en commun la gentillesse et le sens de l’accueil. Une simplicité d’autant plus chaleureuse et immédiate que le tourisme est encore peu développé. Pour un budget européen, la vie quotidienne locale est tout à fait bon marché, ce qui rend accessibles les hôtels les plus confortables – de plus en plus nombreux – et les restaurants gastronomiques. Qu’on l’effectue en train, en bus ou en voiture de location, un voyage en Macédoine offre avant tout l’occasion d’un changement radical de rythme, d’une ouverture sur les autres et, partout dans le pays, de nouvelles rencontres. La communication n’y pose pas de problème, la pratique des langues étrangères étant très répandue, surtout parmi les jeunes générations familiarisées avec l’anglais et l’allemand, mais aussi le français. Et si, parfois, dans les campagnes les plus reculées, le visiteur est regardé comme arrivant d’une autre planète, un sourire suffit à établir le contact. Réunis autour d’un café ou d’un verre de žolta (l’alcool local), les Macédoniens aiment discuter de tout, surtout de leur histoire. Et les conversations sont toujours animées, avec souvent la politique en toile de fond. Dans ce cas, pour le voyageur, savoir écouter reste la meilleure des attitudes pour comprendre un pays aussi riche et complexe que celui-ci.

Catégorie :